Plan antichute 2022 : Un an après quelles sont les avancées significatives dans les territoires ? 

27 février 2023

Plan antichute 2022 : Un an après quelles sont les avancées significatives dans les territoires ? 

Chaque année 2 millions de chutes de personnes âgées de 65 ans et plus entraînent 130 000 hospitalisations et environ 10 000 décès. Il s’agit pour les seniors de la première cause de mortalité accidentelle. Pour prévenir ce risque le ministère de la santé et de l’autonomie a engagé en Février 2022 le plan antichute des personnes âgées. L’objectif fixé est clair et ambitieux, réduire de 20% les chutes mortelles ou invalidantes des personnes âgées de 65 ans et plus d’ici 2024. 

Pour y parvenir, les ARS accompagnées des acteurs du territoire comme la CNSA, les conseils départementaux et autres acteurs locaux travaillent conjointement sur 5 axes prioritaires : 

  • Savoir repérer les risques de chutes et alerter 
  • Aménager son logement pour éviter les risques de chutes 
  • Des aides techniques à la mobilité faites pour tous 
  • L’activité physique, meilleure arme antichute 
  • La téléassistance pour tous 

Un an après le lancement du plan, le GIE PRAGINNOV propose de faire un tour d’horizon des réflexions, et actions innovantes misent en place dans les différents territoires français. 

En Région Rhone-Alpes le CHU de Lyon et la CPTS de Vénissieux expérimente le programme de l’OMS nommé ICOPE (Integrated care for older people). Il s’agit d’un programme de prévention, permettant de dépister les fragilités fonctionnelles liées à la perte d’autonomie. Mettant de côté une approche trop “sanitaire” ce programme se concentre davantage sur le repérage des fragilités précoces et leur suivi dans le temps. L’autonomie est ainsi évaluée sur 3 ans à travers 6 grandes fonctions importantes que sont : la mobilité, la nutrition, l’état psychologique, la cognition, l’audition et la vision. Au total ce ne sont pas moins de 4 855 personnes âgées de 60 ans et plus, aux profils divers et variés qui participent à cette expérimentation. Innovation majeure, c’est le senior (ou un proche) qui réalise lui-même son évaluation à l’aide d’une application digitale. Il est ainsi placé cœur du dispositif et s’implique naturellement dans une démarche de bien vieillir. Cette phase d’évaluation permet un dépistage efficace des personnes fragiles. Si nécessaire, un accompagnement en soins, une orientation spécialisée ou la mobilisation de ressources communautaires sont réalisés 

https://www.chu-lyon.fr/prevention-du-declin-fonctionnel-lie-lage-les-hcl-experimentent-le-programme-icope 

Dans le sud, en région PACA, la diminution des chutes passe par la promotion de la relation ville/hôpital et par la lutte contre les risques de iatrogénie médicamenteuse (effets indésirables provoqués par la prise d’un ou de plusieurs médicaments). La polymédication chez les personnes âgées augmente le risque de iatrogénie, elle serait responsable de 10% des hospitalisations pour les plus de 65 ans et 20% pour les plus de 80 ans. Piloter par OMEDIT (Observatoire du Médicament et de l’Innovation Thérapeutique), l’objectif du projet est de réduire les effets indésirables, les accidents ou pathologies provoqués par la iatrogénie. Cela implique la mise en place de groupes de travail interprofessionnels ville/hôpital sur la thématique de la continuité thérapeutique lors des sorties d’hospitalisations. Autres actions importantes, la protocolisation de la prescription sur la continuité thérapeutique, la sensibilisation, l’alerte, l’accompagnement à la réévaluation et au suivi.  

Plan régional antichute des personnes âgées en Paca (2022-2024) | Agence régionale de santé PACA (sante.fr) 

Un peu plus au nord, le département de la Haute Savoie est impliqué depuis de nombreuses années sur la prévention de la chute chez le sujet âgée. Fruit de premières réflexions, datant de 2012, initiées par les acteurs de la filière gérontologique, une plateforme de prévention des chutes propose au niveau territoriale une coordination de la prévention pour le public et les professionnels. Les objectifs sont nombreux : la prévention, le repérage des personnes à risque, l’évaluation, l’orientation et le suivi. Le repérage est réalisé par les communes (ateliers équilibre), les CPTS et les professionnels libéraux, les services de téléalarme du département, les SAMU et autres services de santé hospitalier. Une grille d’évaluation permettant de définir le niveau de risque de chute (Faible, Modéré, Fort) est mis à disposition de tous les professionnels. Par la suite, les seniors identifiés à risque de chute fort sont contactés par un Coordonnateur Parcours Patient (CPP). Ce dernier valide par téléphone avec la personne âgée le besoin d’accompagnement et lui adresse ainsi qu’à son médecin traitant un plan de soins individualisé. 

Conférence – Plan antichute des personnes âgées (ptolemee.com) 

En Région Hauts-de-France, la Carsat des Hauts-de-France coordonne le programme de réflexion et d’innovation collectives nommé Pr’Agi’Lab. Ce dispositif innovant a pour objectif la prévention, le repérage et l’accompagnement de la (pré)fragilité chez les seniors. Au total ce sont 13 acteurs de territoires engagés dans le programme, plus de 100 professionnels de santé et du champ social sensibilisés ainsi que plusieurs milliers de seniors auto repérés sur leur état de (pré)fragilité dont 650 accompagnés via des parcours de prévention labellisés.  

Enfin, le GIE Praginnov, créé à l’initiative de la Carsat Hauts-de-France et de la Communauté Urbaine d’ARRAS, participe aux réflexions et groupes de travail organisés par l’ARS Hauts-De-France. Le GIE à émit une liste de plus de 30 propositions d’actions concrètes réparties selon les axes prioritaires du plan antichute. Entre autres la mise à disposition d’une plateforme ressource dans une logique de guichet unique, la création d’un panier de soin antichute intégrant un repérage des pré-fragilités ou encore le développement d’une ligne téléphonique de prévention à destination des seniors. Afin d’accompagner le développement et l’ingénierie de ces projets, le GIE Praginnov recherche des partenaires et potentiels financeurs.  

Le ministère des solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées ainsi que le Ministère chargé de l’organisation territoriale et des professions de santé organisent le 28 février prochain, une conférence sur le plan antichute des personnes âges. Au programme, des temps de conférences, tables rondes et ateliers sur les différents axes du plan antichute. Plus d’informations sur : https://www.ars.sante.fr/plan-antichute-des-personnes-agees-conference-des-professions-de-sante  

Vous êtes un acteur du bien vieillir et portez un projet innovant ? N’hésitez pas à nous contacter sur l’adresse : contact@praginnov.com 

Partagez l’article sur les réseaux :

Suivez-nous

Dans la même catégorie...

Ensemble, allons plus loin !

Vous avez une idée de projet répondant aux enjeux du bien-vieillir ? Vous souhaitez rejoindre un projet en cours, en tant que professionnels ou usagers ? Vous souhaitez nous rencontrer ? Complétez le formulaire, un membre de l’équipe prendra contact avec vous.